1.844.849.7746

Si je vous demandais de me citer 10 compétences qui font un bon candidat ? « Facile ! », me répondrez-vous ! Mais que se passe-t-il si l’on se projette un peu dans l’avenir ? Tout comme nos habitudes de travail, les compétences nécessaires – et recherchées ! – évoluent dans le temps. Alors, pensez-vous pouvoir citer les 10 compétences qui seront les plus recherchées par les agences de placement temporaire et permanent d’ici 2025 ?

 

Je ne vous ai jamais parlé de mon garagiste !

 

Je ne sais pas si c’est votre cas, mais pour ma part, mes compétences lorsqu’il s’agit de prendre soin de mon vieux bazou s’arrêtent à pouvoir changer une roue, ce qui ne me rend pas meilleur que plus de 80% de la population d’après une étude de 2014. C’est pourquoi, j’entretiens une relation toute particulière avec mon garagiste. Une espèce « d’amour – défiance » pour celui dont je ne peux me passer mais dont je ne comprends pas un traitre mot quand il me parle…

 

Et puis, il y a quelques jours, lorsque j’ai apporté ma voiture pour une révision, le mécanicien qui s’en occupait habituellement n’était plus là :

 

« Il est parti, m’a dit mon garagiste,

 

– Ah ? Il n’était plus bien ici ?

 

– Si, mais il n’était plus du tout compétent, m’explique-t-il, avec amertume.

 

– Mais, il a pourtant toujours été excellent dans son travail ! Je n’ai jamais eu à m’en plaindre !

 

– Oui, mais il était devenu dépassé. C’était un excellent mécanicien, l’un des meilleurs que je connaisse, mais les voitures aujourd’hui requièrent plus que de la mécanique. C’est de l’électronique, de l’informatique… et puis, c’est du service aussi ! Il faut accueillir la clientèle, lui expliquer ce que l’on a fait, justifier même parfois chaque dollar sur une facture… Mon mécanicien n’avait plus du tout les compétences pour faire son travail correctement. »

 

L’emploi est-il uniquement une affaire de compétence ?

 

Cette anecdote est loin d’être anodine : ce qui est vrai chez mon garagiste l’est aussi ailleurs, dans bien des domaines !

 

Les connaissances et les compétences requises pour un emploi évoluent avec la réalité de cet emploi autant qu’avec les avancées technologiques. Qui imagine un comptable incapable d’utiliser un fichier Excel ?

 

Et au fur et à mesure que le marché de l’emploi se complexifie, les connaissances et compétences recherchées font de même.

 

Vous n’avez pas pu passer à côté : les soft skills – appellation commune pour les « compétences non-techniques » ou « habilités comportementales » – sont au cœur des tendances dans le secteur du recrutement. Elles viennent compléter les compétences techniques – les hard skills – dans les critères clés d’un bon recrutement.

 

Si les compétences techniques s’acquièrent à l’école, se peaufinent par la pratique et demandent des mois, voir des années d’apprentissage, les compétences non-techniques sont plus difficiles à cerner. Pour certains, il s’agit d’habiletés innées liées au comportement, à la personnalité. Pour d’autres, il s’agit d’un bagage culturel, transmis par l’éducation, la transmission de valeurs ou encore le milieu social.

 

Faut-il remettre l’humain au centre du recrutement ?

 

Nous pouvons toutefois nous entendre sur un point : les compétences non-techniques ne peuvent pas toutes être mesurées par des diplômes ou des certificats. Elles sont actuellement l’élément le plus « humain » dans la gestion des Ressources humaines.

 

Une étude menée en 2018 en France par Pôle Emploi – l’équivalent français d’Emploi Québec – auprès des employeurs français est à ce titre vraiment éclairante.

 

En effet, on y apprend premièrement que « Six employeurs sur dix valorisent en priorité les compétences comportementales », qu’ils considèrent comme plus importantes que les compétences techniques. C’est deux fois plus que ceux qui pensent le contraire !

 

Plus parlant encore : pour ce même pourcentage, « Le diplôme n’est pas un critère important : il joue un rôle secondaire, ce qui compte vraiment ce sont plutôt l’expérience ou les qualités comportementales ».

 

Techniques ou non-techniques : quelles seront les compétences les plus recherchées demain ?

 

Mais alors, puisque l’influence des compétences non-techniques sont désormais ancrées dans le domaine du recrutement, à quelles tendances peut-on s’attendre pour demain ?

 

Quelles compétences les agences de placement temporaire ou permanent doivent-elles surveiller ?

 

La réponse a été publiée en octobre dernier. En effet, le Forum économique mondial publiait, dans son rapport « Futur of work », une liste des 10 compétences* qui seront, d’après ces experts, les plus recherchées en 2025. *(article en anglais)

 

Sans surprise, on y trouve un savant mélange de « hard » et de « softs skills ». Mais on y trouve aussi un classement des compétences selon des critères bien précis :

Le top 10 des compétences en 2025


 

Les aptitudes technologiques seront une compétence majeure dans les années à venir.

 

Comme le montrait l’exemple de mon garagiste, l’adaptation aux nouvelles technologies est déjà un point pivot dans le recrutement aujourd’hui. L’étude du Forum économique mondial indique que cela sera encore le cas en 2025, puisque deux des dix premières compétences recherchées seront basées sur des aptitudes avec les nouvelles technologies.

 

Bien sûr, on ne parle pas ici forcément de savoir coder des programmes informatiques et développer des technologies futuristes : l’aisance avec les nouvelles technologies concernent des habiletés bien plus vastes et sollicitées au quotidien. Cela est même devenu plus critique lorsque s’est généralisé le télétravail !

 

Je vous demandais plus haut si vous pouviez imaginer un comptable qui n’utilise pas Excel. Il en va de même avec l’ensemble des outils numériques : êtes-vous à l’aise avec les plateformes collaboratives (Microsoft Teams) ? Avez-vous déjà connu ce collègue qui panique à l’idée d’écrire un courriel car « le téléphone c’est tellement plus simple » ? Êtes-vous de ceux qui préfèrent imprimer un rapport car c’est plus confortable à lire que sur un écran ?

 

Utilisez vos softs skills pour mieux développer vos hard skills.

 

Chez PRIM Logix, nous observons cela avec attention. En tant qu’entreprise de logiciel de placement, nous voulons aider les agences de placement temporaire et permanent à fonctionner et croître : cela consiste à les aider à trouver les meilleurs candidats, mais aussi à conserver des employés performants et efficaces.

 

Saviez-vous ainsi que nous offrons des plans de formation personnalisables ? Entièrement modulables, ils se construisent à la manière de blocs conçus pour répondre le plus directement possible aux besoins des utilisateurs. Pour que les pratiques de vos employés soient toujours à la pointe de ce que peut offrir le logiciel de votre agence de placement !

 

Consultez notre page pour établir votre plan de formation et réserver vos créneaux !

 

Pour aller plus loin :

 


Retrouvez régulièrement sur notre blogue des informations et conseils en lien avec l’actualité des agences de placement et des nouvelles technologies. De plus, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour être tenus au courant de nos dernières publications et partager vos expériences. Enfin, abonnez-vous à notre infolettre et ne manquez aucune nouveauté.

Abonnez-vous à nos communications !

Share This